Accueil > Actualités > L’expertise des PSDM/PSAD oubliée dans la télésurveillance médicale

L’expertise des PSDM/PSAD oubliée dans la télésurveillance médicale

La télésurveillance médicale, d’abord expérimentée au travers du programme ETAPES pour 5 pathologies (diabète, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, insuffisance respiratoire, et prothèses cardiaques), vient d’être généralisée. Depuis le 1er juillet 2023, sa prise en charge par l’Assurance maladie est désormais étendue. L’UNPDM se réjouit de cette innovation qui améliore le traitement et le suivi des patients. Un seul problème : les pouvoirs publics ont complétement négligé le rôle charnière des prestataires de santé à domicile, entre la médecine de ville ou hospitalière et les usagers souffrant de maladie chronique, bien que les PSDM/PSAD les accompagnent déjà partout en France, dans la gestion quotidienne de leur dispositifs médicaux.

Qu’est-ce que la télésurveillance médicale ?

La télésurveillance permet à un médecin d’interpréter à distance, grâce à l’utilisation d’un dispositif médical numérique (DMN), les données de santé du patient renseignées sur son lieu de vie, et de prendre des décisions thérapeutiques adéquates. Ainsi elle fait remonter rapidement les alertes éventuelles et renforce la prévention des complications médicales. La réponse clinique est plus finement adaptée, augmentant le bénéfice des soins pour les personnes suivies.

Reconnaissance des PSDM/PSAD

Pour l’instant, il n’est malheureusement pas prévu que les spécialistes du MAD participent à la démarche de télésurveillance, ni pour l’installation du dispositif médical numérique au domicile de l’utilisateur, ni pour la maintenance ou le dépannage dans le cadre de la coordination des soins. Pourtant, les prestataires de santé à domicile ont prouvé leur compétence en matière de télé-suivi, comme en témoigne l’assistance qu’ils fournissent depuis des années aux personnes atteintes d’apnée du sommeil, traitées par PPC.

Puisque les données de la télésurveillance sont recueillies là où réside le patient, via un DM numérique connecté, il semble logique que les PSDM/PSAD prennent part à leur niveau dans la chaîne des intervenants. Sinon qui assurera la mise en place chez les usagers, l’adaptation, les différents réglages techniques, la formation du malades et des aidants, les réparations et le SAV de l’appareillage, etc. ?

Pour l’UNPDM, ces prestations nécessitent des professionnels de proximité, en lien avec les professionnels de santé et les fabricants/éditeurs de logiciel. C’est pourquoi votre syndicat interpelle les pouvoirs publics afin que les missions de suivi à domicile de la télésurveillance médicale soient fléchées en direction des prestataires de dispositif médicaux, reconnus pour leur savoir-faire dans ce domaine.

Autres articles pouvant vous intéresser

Adhérent

Dans le cadre des 150 M€ d’économies prévus par la Loi de financement de la sécurité sociale pour 2024, le CEPS envisage une baisse de 15,4 M€ sur les tarifs de remboursement des lits médicaux (forfaits de location, achat, livraison et accessoires), d’ici la fin...
Les administrateurs et les permanents de l’UNPDM vous présentent leurs meilleurs vœux pour cette nouvelle année, au plus près des professionnels des dispositifs médicaux qu’ils ont à cœur de défendre dans leurs missions quotidiennes.
L’UNPDM rappelle le rôle nécessaire des PSDM/PSAD entre médecine de ville et hôpital, et pointe leur absence de la Stratégie nationale de santé 2023-2033. Face aux pressions économiques sans précédent pesant sur les prestataires, l’UNPDM réitère sa demande de dialogue entre tous les acteurs du...